Les blousons en cuir moto, toute une histoire.

Parmi les accessoires incontournables, il y a le blouson en cuir. Outre la matière en elle-même qui convient bien à la pratique du deux-roues, de nombreuses stars des années 50 à 60 ont contribué à cette image maintenant intemporelle du blouson en cuir.

Mais revenons-en au début de son histoire, le Perfecto :

Irving Schott fondateur de la marque du même nom et son frère ont ouvert une usine de fabrication de vêtements en 1913, mais c’est en 1928 aux États-Unis que la firme Schott créait le célèbre blouson « Perfecto ». Le modèle est le fruit d’une commande d’un concessionnaire Harley-Davidson désirant un blouson résistant et imaginé pour la route.

Quelque temps après avoir livré le concessionnaire, Schott décide de lancer une collection de vêtements dédiés à la pratique de la moto sous le même nom, « Perfecto » qu’ils déposèrent dans la foulée.

Pour comprendre le succès de ce blouson, il faut mettre en lumière les caractéristiques techniques qu’ils lui ont apportées, surtout à une époque où les accessoires moto n’étaient pas vraiment de l’ordre des préoccupations.

Voici la liste des innovations apportée au premier blouson moto :

1 – Une fermeture croisée à glissière sur le devant, doublant ainsi l’épaisseur du cuir pour mieux protéger le torse du froid et de l’abrasion.

2 – Des pressions permettant de rabattre le col pour éviter qu’il ne batte dans le vent

3 – Des poignets de manche ajustable afin d’éviter les entrées d’air et donc de froid

4 – Une ceinture assurant un ajustement à la taille afin d’éviter également les entrées d’air et d’avoir un bon maintien du dos.

À la suite de ce premier succès, les frères Schott (attention à vos références ^^) développèrent plusieurs variantes du Perfecto, parmi elles le 618 et le 613, ce dernier étant pourvu d’étoiles en métal sur les épaules.

Pourquoi le nom Perfecto ? Il nous vient du penchant de Irving Scott pour les cigares cubains du même nom.

Personne à l’époque n’aurait pu s’imaginer que le Perfecto resterait si populaire comme il l’est aujourd’hui. Nous devons cette popularité comme je vous le disais aux stars des années 50-60 qui posaient fièrement sur leurs motos habillées en blouson de cuir et également à un ensemble de faits divers relatés dans les médias.

Le blouson en cuir moto dans les années 50 à 90 :

À l’origine du blouson en cuir que l’on associe aujourd’hui aux mauvais garçons, il y a un fait divers qui a fait parler de lui aux États-Unis. Des jeunes de 1947 équipées de blousons noirs et de motos sèment la terreur dans les rues de San Francisco.

Nous verrons apparaître sur grand écran quelques années plus tard, le film mythique sortit en 1954 « L’équipée sauvage » avec Marlon Brando ! Ce film, les stars et la musique rock’n’roll font du blouson en cuir un véritable accessoire de mode et de rébellion.

CREDIT PHOTO : LIVRE BLOUSONS NOIRS | YAN MORVAN

Dans le courant de l’été 1959 les médias français s’emparent d’un affrontement entre jeunes survenu au square Saint-Lambert, dans le 15e arrondissement de Paris et donneront comme gros titre « Les blousons noirs ». Cette appellation deviendra dans la foulée le synonyme de jeunes voyous. Ces bagarres iront jusqu’à rassembler plus d’une centaine de jeunes et ces méfaits se mettent à inonder les ondes.

CREDIT PHOTO : LIVRE BLOUSONS NOIRS | YAN MORVAN

Les blousons noirs sont alors des asociaux qui se battent à coups de chaînes de moto, de coups de poing américains voire de couteaux à cran d’arrêt, qui cherchent la bagarre pour défendre leurs territoires urbains, particulièrement en banlieue et à l’entrée de Paris, ou en faisant des descentes dans des bals ou des fêtes.

CREDIT PHOTO : LIVRE BLOUSONS NOIRS | YAN MORVAN

Cette campagne de presse tourne à la psychose collective et fera des blousons noirs une véritable vogue.

Les premiers à proposer un blouson de cuir dans la haute couture étaient Christian Dior pour Yves Saint-Laurent dans les années 60 et Claude Montana à la fin des années 70. Ces propositions firent scandale à l’époque.

Il faudra attendre les années 80 qui réhabiliteront le blouson de cuir comme vêtement fréquentable. Évidemment, le blouson en cuir garde toujours son côté contestataire, mais la mode aime les rebelles…

Il n’en reste pas moins qu’encore aujourd’hui ,choisir un blouson moto cuir est très apprécié des motards amateurs du style classique, voire vintage qui fait de la moto un véritable art de vivre.

Le blouson cuir moto homme et femme d’aujourd’hui ne manquent pas d’ingéniosité :

Aujourd’hui, cet équipement motard même s’il a un aspect vintage est pourtant un matériau au goût du jour en matière de protection.

En effet, même face aux textiles techniques en Hipora, en Kevlar et en Gore Tex, le cuir reste au top pour ses propriétés anti-abrasives. Il faut d’ailleurs dire que c’est le seul accessoire moto accepté sur circuit du fait des longues glissades récurrentes dans cette pratique.

Désormais, la majorité des blousons moto détiennent une poche pour ajouter une dorsale et proposent des doublures thermiques amovibles. Cela permet à votre blouson d’être à la fois un agréable blouson moto été et une bonne veste moto hiver.

Pour optimiser la liberté de mouvement et le confort, certains d’entre eux détiennent des empiècements extensibles dans le dos, au niveau des coudes et sous les bras.

Les blousons cuir femme se déclinent des modèles pour hommes, avec des coupes plus cintrées, de ajustements et des coupes plus diverses, également pour les poitrines les plus généreuses. La majorité des marques comme Original Driver proposent des coloris divers et variés, pour concilier le glamour et la sécurité.

Ou trouver un blouson en cuir moto ?

->  Vous retrouverez l’ensemble de nos blousons pour femme ici.

->  Également la gamme pour homme juste ici.

Afin de pouvoir correctement apprécier nos blousons, notre équipe de passionnés se tient à votre disposition dans notre showroom au 11 avenue de la Grande-Armée, 75016 Paris du lundi au samedi entre 10h et 19h30. Passez nous voir, nous nous ferons un plaisir de vous accueillir et de vous offrir un café.

No Comments

Leave a Comment